Test de Ubuntu Natty 11.04


En bon geek je ne pouvais pas attendre la date officielle de publication de la prochaine version de la distribution linux Ubuntu : la Natty 11.04. J’avais besoin de me faire une idée sur le fonctionnement de Firefox 4 et de WebGL par exemple, ainsi que de voir si mon matériel était mieux supporté (pilote wifi récalcitrant et pilote de la tablette Wacom bamboo à installer à la main). Une particularité de mon système est d’utiliser une partition racine  et un swap chiffrés avec dm-crypt. Seule une petite partition /boot est accessible sans le chiffrage. L’autre est que j’utilise KUbuntu… les goûts et les couleurs ne se discutent pas !

Mise-à-jour vers natty

La mise-à-jour n’étant pas encore proposé par le système il faut changer la configuration à la main. J’ai donc choisi la manière sans finesse en changeant tous les ‘maverick‘ en ‘natty‘ dans le fichier /etc/apt/sources.list et dans les fichiers présents dans le répertoire /etc/apt/sources.list.d/. Cela peut créer des erreurs lors de la mise-à-jour de la liste des paquets mais cela permet de voir qui anticipe les nouvelles versions et qui ne le fait pas.

Pour lancer la migration il ne reste que 2 commandes à lancer :

sudo apt-get update
sudo apt-get dist-upgrade

Seul le dépôt de Virtualbox ne possède pas encore de version en natty parmi tout ceux qui sont activés dans ma configuration.

Sur les plus que 4000 paquets installés plus de 2500 sont à mettre à jour soit 3Go de données à télécharger et 1G0 de plus sur le disque à la fin de la procédure. J’ai peu être la mémoire courte mais je ne me souviens pas avoir eu une mise-à-jour aussi importante aussi bien en terme de nombre de paquets qu’en terme de quantité à télécharger.  Le téléchargement a duré 2 heures sans accrocs.

A part pour la mise à jour de la glibc et le redémarrage des services aucune question ne m’a été posée. Il a fallu que je relance la procédure une deuxième fois à cause du paquet halevt qui a fait une erreur. C’est un paquet optionnel donc je l’ai supprimé et la procédure est arrivé à son terme après 2 heures de travail.

Redémarrage et tests

Un petit moment de tension au moment du redémarrage : est-ce que mes partitions  dm-crypt vont être prises en charge correctement ? Mauvaise surprise : l’écran reste noir mais le système semble être lancé ! Je tape le mot de passe et l’écran s’allume enfin… sans doute un problème de framebuffer au démarrage. L’interface se lance correctement et me demande de changer de type de session : la session KDE n’existe plus il faut choisir ‘KDE Plasma Desktop‘. Le pilote graphique propriétaire a été désactivé lors de la mise-à-jour et le pilote libre rame toujours autant. La réactivation du pilote propriétaire prend 2 minutes mais nécessite un redémarrage. Même écran noir que précédemment pour la saisie du mot de passe en aveugle. Pas franchement pratique. De plus l’interface graphique démarre avant que la partition swap soit débloquée ce qui fait qu’il faut tuer la demande de mot de passe en court à coup de kill -9 avant de la relancer.

Firefox 4 est plus rapide à démarrer mais pas forcément plus léger en mémoire au bout de plusieurs heures d’utilisation. Sans doute un problème avec Flash ou Java toujours très gourmand. Mon test de WebGL est un échec : les pilotes mesa et ATI ne sont pas supportés par firefox 4. Pour le moment seul les pilotes nvidia permettent d’utiliser ce mode. Vous pouvez essayer ici pour les curieux : http://helloracer.com/webgl/.

La tablette Wacom Bamboo est reconnue sans aucun problème… si elle est branchée avant le démarrage de l’interface. Ce n’est pas très plug and play mais cela suffira pour le moment. Le Wifi gèle encore la machine au bout d’un certain temps.

Ce fut long mais pas laborieux. Il reste encore quelques points à revoir (wifi, dm-crypt pour le swap) mais cette nouvelle version est globalement satisfaisante. Vivement la version finale à la fin du mois.

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :